English | Français

The International Association of Democratic Lawyers (IADL), a non-governmental organization with consultative status in the United Nations, condemns the massacre of farmers in Kidapawan, Mindanao, Philippines on April 1, 2016. IADL also deplores the injuries of hundreds of farmers and the illegal incarceration and detention of others. IADL expresses its strongest solidarity with the people’s movement in the Philippines following the violent events.

Over 5,000 subsistence farmers and indigenous Lumads from different parts of the region were protesting on the Kidapawan highway, calling for the release of immediate emergency food support, including rice stored for this purpose, release of emergency funds, and demilitarization of rural communities. The Philippine National Police opened fire on the farmers’ protest, killing three and wounding 116. In addition, 78 were arrested and detained and over 3,000 participants were forced to seek refuge after the violent dispersal of their peaceful encampment. Farmers who took refuge in the nearby Methodist Church were surrounded by police. Other local farmers who came to accept private donations of rice were prohibited from accessing the church or the donated food by the police under threat of gunfire.

The farmers and Lumad people were protesting a severe drought caused by El Niño, which has been devastating to local food production. El Niño itself is part of the impact of climate change, which in the Philippines, as globally, is having the harshest impact on subsistence farmers, peasants and indigenous peoples.

The actions of the Filipino police violate the rights to life and to be free from arbitrary detention enshrined in the International Covenant on Civil and Political Rights; and the right to food guaranteed by the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights.

The 1990 United Nations Basic Principles on the Use of Force and Firearms by Law Enforcement Officials provides that law enforcement officials may only use arms under stringent conditions and only when strictly necessary.  Under the 1985 Philippine Public Assembly Act, the carrying, use and discharge of firearms by members of any law enforcement agency in a public assembly is prohibited.

The attack against unarmed civilians also violates the 1998 Comprehensive Agreement on Respect for Human Rights and International Law (CARHRIHL), to which the Philippines is a party.

These illegal police actions are tacitly supported by President Benigno Simeon Aquino III, as exemplified by his silence on the matter.

The National Union of Peoples’ Lawyers in the Philippines is working with the farmers and Lumads to obtain justice and accountability for the violence against them and their communities.

IADL expresses its strong support for the farmers and indigenous people, who have been subjected to exploitation, militarization and the most severe impacts of climate change. The Filipino people seek the fulfillment of the basic human right to food.

IADL also expresses its strong support for the movement of progressive lawyers and advocates in the Philippines working for justice and accountability at the highest levels for those responsible for the killing of farmers in Kidapawan.

IADL expresses its profound appreciation for the important work of the United Nations Special Rapporteur on the Situation of Human Rights Defenders and notes with approval the UN Human Rights Council’s Resolution on Protecting Human Rights Defenders, adopted only ten days before the appalling massacre of farmers in Kidapawan.

IADL calls upon the Government of the Philippines to indicate immediately its unequivocal support for the Human Rights Council Resolution; to release immediately those being arbitrarily detained; and to bring all those responsible to justice. IADL would support initiatives at the UN Human Rights Council, including the work of Special Rapporteurs on the Situation of Human Rights Defenders; on Rights of Indigenous Peoples; on the Right to Food, the Right to Freedom of Assembly and Association and the Working Group on Arbitrary Detention.

IADL supports the international day of action on April 8 to call for justice for the victims of the Kidapawan Massacre.  IADL encourages all of its members to join in local actions and protests in their countries in support of justice for the Kidapawan victims.

Français:

L’International Association des juristes démocrates (AIJD), une organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif à l’ONU, condamne le massacre des paysans à Kidapawan, Mindanao, Philippines, le 1er avril 2016. IADL déplore également les blessures des centaines d’agriculteurs et de l’incarcération illégale et de détention des autres. IADL exprime sa solidarité plus forte avec le mouvement populaire aux Philippines après les événements violents

Plus de 5000 agriculteurs de subsistance et les autochtones Lumads provenant de différentes parties de la région protestaient sur la route de Kidapawan, réclame la libération d’aide alimentaire d’urgence immédiate, y compris le riz stocké pour ce but, le déblocage de fonds d’urgence et la démilitarisation des communautés rurales. La Police nationale Philippine ont ouvert le feu sur la manifestation des agriculteurs, faisant trois morts et 116. En outre, 78 ont été arrêtés et détenus et plus de 3 000 participants ont dû se réfugier après la dispersion violente de leur campement Pacifique. Les agriculteurs qui ont trouvé refuge dans l’église méthodiste à proximité étaient entourés de policiers. Autres agriculteurs locaux qui sont venus à accepter des dons privés de riz ont été interdits d’accéder à l’église ou les aliments donnés par la police sous la menace de coups de feu.

Les agriculteurs et les Lumad personnes protestaient contre une grave sécheresse causée par El Niño, qui a eu un effet dévastateur pour la production alimentaire locale. El Niño se fait partie de l’impact du changement climatique, qui, aux Philippines, comme dans le monde, est d’avoir l’impact plus sévères sur les agriculteurs de subsistance, les paysans et les peuples autochtones.

Les actions de la police philippine violent les droits à la vie et contre la détention arbitraire consacrée par le Pacte International relatif aux droits civils et politiques ; et le droit à l’alimentation, garantie par le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

Les principes fondamentaux des Nations Unies de 1990 sur l’utilisation de la Force et armes à feu par les responsables de l’application de la Loi prévoit que les forces de l’ordre peuvent utiliser seulement armes dans des conditions rigoureuses et uniquement lorsque c’est absolument nécessaire. En vertu de la Loi de l’Assemblée publique Philippine 1985, le transport, l’utilisation et la décharge d’armes à feu par les membres d’un organisme d’application de loi dans une Assemblée publique est interdite.

L’attaque contre des civils désarmés viole également l’accord global de 1998 sur le Respect des droits de l’homme et droit International (CARHRIHL), qui est partie aux Philippines.

Ces actions illégales de la police sont tacitement soutenues par le Président Benigno Simeon Aquino III, comme en témoigne son silence à ce sujet.

Avocats le National Union of Peoples’ aux Philippines collabore avec les agriculteurs et les Lumads pour obtenir justice et la responsabilité de la violence contre eux et leurs communautés.

AIJD exprime son ferme soutien pour les agriculteurs et les populations autochtones, qui ont été victimes de l’exploitation, la militarisation et les plus graves répercussions du changement climatique. Le peuple philippin cherche l’accomplissement du droit fondamental à l’alimentation humain.

AIJD aussi exprime son ferme appui à la circulation des juristes progressistes et préconise des Philippines travaillant pour la justice et la responsabilité aux plus hauts niveaux pour ceux responsables des meurtres de fermiers de Kidapawan.

AIJD exprime sa profonde reconnaissance pour le travail important du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs et elle prend note avec l’approbation de la résolution du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur la protection des défenseurs des droits de l’homme, adoptée seulement dix jours avant le massacre épouvantable des agriculteurs à Kidapawan

AIJD demande au Gouvernement des Philippines d’indiquer immédiatement son soutien sans équivoque à la résolution du Conseil des droits de l’homme; à libérer immédiatement ceux qui sont détenus arbitrairement; et d’amener tous les responsables à la justice. AIJD appuierait des initiatives au Conseil des droits de l’homme, y compris le travail des rapporteurs spéciaux sur la situation des défenseurs des droits humains; sur les droits des peuples autochtones; sur le droit à l’alimentation, le droit à la liberté de réunion et d’association et le Groupe de travail sur la détention arbitraire.

AIJD soutient la journée internationale d’action le 8 avril pour demander justice pour les victimes du Massacre de Kidapawan. AIJD encourage tous ses membres à se joindre à des actions locales et des protestations dans leur pays à l’appui de la justice pour les victimes de Kidapawan.